Rétinite pigmentaire : Définition, causes et moyens de prévention

rétinite pigmentaire

Si les troubles oculaires deviennent de plus en plus fréquents, leurs causes ne sont pas forcément dues à l’âge comme d’aucuns peuvent le croire. Au contraire, certaines pathologies comme la rétinite pigmentaire sont héréditaires. Lorsque la prise en charge n’est pas réalisée dans les meilleurs délais, le mal peut entraîner une perte totale de la vision. Tous les détails dans la suite.

Comment peut-on définir la rétinite pigmentaire ?

La rétinite pigmentaire est considérée comme l’une des nombreuses maladies rétiniennes dégénératives qui attaquent souvent les yeux. Parfois héréditaire, la rétinite pigmentaire entraîne une perte progressive de la vision pouvant aller jusqu’à une cécité, c’est-à-dire un aveuglement total.

Le danger de cette maladie est qu’elle ne présente pas de signe assez visible dès le début du mal. Ce qui signifie qu’une personne peut souffrir de rétinite pigmentaire sans présenter de pathologie visible. En réalité, la rétinite pigmentaire se matérialise par une dégénérescence des cellules en forme de cônes et en bâtonnet. Ces dernières sont les principales responsables de la bonne vision.

Quelles sont les causes de cette maladie ?

Les causes de cette maladie sont nombreuses. L’une des premières causes est une anomalie génétique. Ainsi, la probabilité qu’un enfant soit contaminé par son père est très forte. Pour cause, certains gènes peuvent se transmettre anormalement d’un parent à un enfant, ce qui augmente le risque que ce dernier contracte la maladie à 50 %. Par ailleurs, la maladie arrive aussi lorsqu’un gène est transmis à l’enfant selon le mode récessif. Dans certains cas aussi, il s’agit simplement d’une anomalie du chromosome X.

Quels sont les sujets à risques ?

La maladie peut toucher tout le monde indifféremment du sexe, sauf qu’il y a une catégorie de personnes très exposée au risque de souffrir du mal. Il s’agit notamment des personnes âgées de 10 à 30 ans. Selon les statistiques de l’OMS, une personne âgée de 10 à 30 ans sur 4000 serait touchée par cette pathologie.

À lire également  Noocube Avis - Que vaut ce produit ?

Les symptômes fréquents

Tout commence progressivement par une vision qui devient de plus en plus floue. Par la suite, la personne concernée n’arrive plus à voir, spécifiquement dans l’obscurité. D’ailleurs, ce symptôme est le plus fréquent. Impossible de voir au crépuscule par exemple. En gros, vous voyez de moins en moins à mesure que la luminosité devient faible.

Aussi, il faut préciser l’incapacité des personnes atteintes de ce mal à distinguer les couleurs. Les patients souffrent d’un trouble de la perception des couleurs et parfois d’une sensibilité aux fortes lumières. Un examen de fond d’œil révèle généralement que ces malades présentent des taches qui s’étendent jusqu’à la rétine. C’est notamment pour cette raison que le champ visuel s’amenuise.

Avec le temps, les sujets atteints ont toutes les difficultés à lire, même s’ils peuvent encore se déplacer sans problème. En revanche, ils ont des problèmes à reconnaître les visages ou déchiffrer les panneaux. En règle normale, ces patients sont appelés à cesser de conduire tout type d’engin.

Comment se passe le diagnostic de la rétinite pigmentaire ?

Lorsque les symptômes sont constatés, l’idéal est de se rendre chez un médecin ophtalmologue. Un diagnostic est demandé par ce dernier. Dans la pratique, l’examen ophtalmologique est celui qui permet de détecter l’origine de la baisse de la vision. À cela peut s’ajouter un autre examen appelé « fond d’œil ». D’une durée de 2 heures, voire plus, cet examen devrait révéler la présence de :

  • Lésions ;
  • Trouble au niveau de la périphérie du champ de vision ;
  • Un faible voltage au niveau du tracé de l’électrorétinogramme.

À la vue de tous ces signes, le médecin s’apprête à vous prescrire un traitement.

rétinite pigmentaire

Comment prévenir le mal ?

Il est recommandé de porter des verres protecteurs et filtrants. Ce sont des outils qui peuvent protéger convenablement les yeux, non seulement de la luminosité, mais des rayons ultraviolets aussi. Il faudra également éviter de trop s’exposer au soleil. Changer son mode d’alimentation en privilégiant une supplémentation en vitamines A et E serait aussi une solution efficace pour prévenir ce mal.

À lire également  Notre avis sur le Neo-Collagen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *